Banniere

Enquête sur la vie étudiante menée conjointement dans les trois universités

3.04.2020

Les universités francophones sont de plus en plus nombreuses à avoir mis en place des observatoires de la vie étudiante ou des instances spécifiques responsables de la vie étudiante et de la réussite. Les populations étudiantes sont ainsi investiguées afin de mieux connaître leur expérience de l’université, leurs pratiques, leurs aspirations, leurs opinions, leur degré de satisfaction, les difficultés et problèmes qu’elles rencontrent, les objectifs qu’elles poursuivent… On observe également un intérêt croissant pour les enquêtes longitudinales et comparatives qui permettent de déceler les tendances et de relativiser les résultats.

Cet intérêt pour les données étudiantes poursuit généralement deux grandes fonctions : la production de connaissances sur le monde étudiant et la mise à disposition de données et d’analyses permettant de comprendre la condition étudiante qui peuvent à leur tour étayer la prise de décision en matière de politique étudiante.

C’est dans ce contexte et en poursuivant ces objectifs que…

  • …l’Observatoire de la vie étudiante de l’UNIGE a été mis sur pied en 2005 et qu’il réalise depuis 2006 une enquête annuelle ;
  • …l’ULB vient de créer un observatoire de la vie étudiante ;
  • …le Bureau de la recherche institutionnelle de l’UdeM coordonne et analyse depuis une dizaine d’années deux importantes enquêtes triennales auprès des étudiants, menées de concert avec le Consortium canadien d’échange de données.

Le partenariat proposé dans ce projet souhaite rapprocher ces initiatives en mettant en place une enquête sur la vie étudiante menée conjointement dans les trois universités. Les services partenaires travailleraient ensemble sur…

  • …la conception et la réalisation d’un questionnaire commun
  • …l’élaboration d’une base de données intégrée
  • …l’analyse comparative des résultats
  • …la valorisation de ces résultats par le biais de trois journées de travail (une dans chaque université)
  • …le partage de bonnes pratiques en matière de suivi et d’encadrement des étudiantEs

Une enquête commune

Les questionnaires administrés auprès des étudiants des trois universités serviront de base à l’investigation commune. Ils s’intéressent à de multiples facettes de la vie étudiante (parcours avant l’entrée à l’université, raisons et motivations du choix d’études, comportements d’études et méthodes de travail, utilisation des infrastructures et services de soutien aux étudiants, évaluation des études et de l’université, état de santé, vie quotidienne et réalités matérielles, intégration et relations sociales, projets académiques et professionnels…).

Les bienfaits du partenariat

Ce partenariat apportera à chaque entité de multiples bénéfices. En s’ouvrant à la façon dont la vie étudiante est « problématisée » ailleurs, à la manière dont elle est opérationnalisée à travers des indicateurs différents, chaque partenaire pourra approfondir et diversifier la connaissance de sa propre population estudiantine, en élargir la compréhension et en affiner la contextualisation. L’analyse comparative permet de rechercher des traits singuliers à chaque contexte mais également des processus qui transcendent les singularités locales. Partager les problématiques des partenaires donne la possibilité de confirmer ou d’infirmer des préoccupations pressenties comme étant communes et d’approfondir la réflexion par la confrontation aux problématiques des autres.

L’association d’une structure nouvelle et d’autres plus expérimentées préfigure également un dynamisme particulièrement intéressant, aussi bien dans l’élaboration de l’enquête que dans l’analyse et la valorisation des résultats.

Journée de travail sur les résultats et partage de bonnes pratiques

La forme que prendra cette valorisation est une particularité de notre projet. Plutôt que de programmer un colloque scientifique traditionnel permettant la présentation et la diffusion des résultats, une journée de travail sera organisée à trois reprises (une par université). Elle rassemblera ceux qui auront travaillé sur l’enquête et les différents acteurs intéressés par l’utilisation de ces données dans leur travail quotidien de soutien ou de suivi de la population étudiante. La visée d’une telle journée est plus empirico-pratique que théorico-conceptuelle. Les sessions de travail se focaliseront sur trois grandes thématiques :

  • les conditions de vie des étudiants, la santé et le bien-être;
  • les conditions d’études:
  • le lien de ces deux thématiques avec le parcours académique.

Les résultats seront présentés pour servir de base à des discussions sur la façon dont ils peuvent être utilisés par les multiples acteurs engagés à différents niveaux (instances décisionnelles, administration, services de soutien, facultés, associations étudiantes…). Le public de ces journées sera constitué par tous ces acteurs, par les étudiantEs et/ou leurs représentants.

A la suite de ces journées, lors desquelles les discussions de travail auront permis de détacher des bonnes pratiques, une « boîte à outils » du soutien et du suivi de la population étudiante sera conçue, réalisée et partagée.

 

Participants

Piera Dell’Ambrogio, Université de Genève, Observatoire de la vie étudiante

Nicolas Carfora, Université de Genève, Observatoire de la vie étudiante

Jean-François Stassen, Université de Genève, Observatoire de la vie étudiante

Alain Levêque, Université Libre de Bruxelles, Vice-Recteur aux affaires étudiantes et aux affaires sociales

Jade Cauwe, Université Libre de Bruxelles, Observatoire Qualité/Observatoire de la Vie Etudiante

Juliette Paume, Université Libre de Bruxelles, Observatoire de la Vie Etudiante

Agnieszka Dobrzynska, Université de Montréal, Bureau de recherche institutionnelle

Olivier St-Laurent, Université de Montréal, Bureau de recherche institutionnelle

Maxime Bordot, Université de Montréal, Bureau de recherche institutionnelle