Banniere

Démocratiser les institutions de santé. Participation des usagers à l’offre de soins et services de santé à Montréal, Genève et Bruxelles

3.04.2020

Ce projet vise à analyser les pratiques entourant la participation des usagers aux différents stades de l’offre de soins et services des institutions de santé à Montréal (patient partenaire), Genève (pair praticien) et dans la Fédération Wallonie-Bruxelles (expert du vécu). Les politiques publiques occidentales font de la participation des usagers et la prise en compte de leurs savoirs expérientiels une bonne pratique de gestion des institutions de santé, de la première (soins et services courants) à la troisième ligne (services spécialisés).

La littérature scientifique existante et nos propres travaux soulignent un double mouvement : d’une part, une réelle démocratisation de la réflexion sur le fonctionnement des institutions de la santé  amenant notamment un meilleur respect des droits des usagers, des procédures bureaucratiques plus flexibles et des soins et services répondant mieux aux besoins des usagers ; d’autre part, une tendance à en rester au modèle de la consultation (et non de la co-décision) et à exclure des dispositifs participatifs les usagers les moins diplômés, habitant les zones rurales, appartenant à des groupes marginalisés et critiques des institutions de santé.

Nous analyserons les dispositifs de participation des 3 sites avec 3 objectifs : 1) Comparer les pratiques de participation, notamment du point de vue de leur capacité à inclure les groupes sociaux les plus marginalisés (personnes en situation d’itinérance et/ou utilisatrices de drogues injectables, personnes en situation de pauvreté, personnes avec un handicap physique ou psychique, etc.) et leurs savoirs expérientiels en matière de santé ; 2) Identifier les pratiques de démocratisation de l’offre de soins et services de santé qui semblent les plus porteuses localement et favoriser les apprentissages internationaux; 3) Nouer un dialogue avec les gestionnaires et praticiens responsables de mettre en œuvre ces pratiques de démocratisation afin qu’elles soient les plus inclusives possible des groupes habituellement exclus de ces initiatives.

Participants

Baptiste Godrie, Université de Montréal, Département de sociologie

Maryvonne Charmillot, Université de Genève, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation

Jacques Moriau, Université Libre de Bruxelles, Institut de sociologie